AfricaRice News release

La production rizicole en Afrique connaît une promotion importante

6 août 2007, Cotonou, Benin — Avec l’augmentation des cours internationaux du riz qui menacent de doubler les prix du riz importé qui est de 2 milliards de dollars US par an, les pays consommateurs de riz en Afrique subsaharienne (ASS) ont enfin reçu de bonne nouvelles.

Trois des plus grands instituts internationaux de recherche agricole ont annoncé leur intention de combiner leurs activités en Afrique et de créer ainsi une nouvelle grande force focalisée sur la relance de la production rizicole en Afrique afin d’épargner à la région la perte de millions de dollars de devises.

Il s’agit du Centre du riz pour l’Afrique (ADRAO) basé au Bénin, du Centro Internacional de Agricultura Tropical (CIAT) basé en Colombie et de l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) basé aux Philippines. Avec seulement 13 % de la population mondiale, l’Afrique représente 32 % des importations mondiales de riz, ce qui fait d’elle un grand acteur dans le commerce international du riz.

En 2006, l’ASS a importé plus de 9 millions de tonnes de riz pour une valeur estimée à 2 milliards de dollars US. Avec les réserves de riz au niveau le plus bas depuis 1983-84, on s’attend à ce que les prix internationaux du riz doublent au cours des prochaines années. Cela est particulièrement alarmant pour les pays d’ASS, qui doivent importer environ 40 % de leur riz pour satisfaire la demande locale.

Dans une déclaration conjointe annonçant un important alignement des programmes, les trois centres, tous supportés par le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI), ont affirmé leur engagement de réunir la meilleure des sciences et leur expérience en Asie, en Amérique latine et en Afrique pour relever les défis majeurs auxquels le secteur rizicole se trouve confronté en Afrique.

« Pour moi, il s’agit là de la meilleure façon d’arriver à un consensus sur la recherche rizicole en Afrique, » a déclaré Dr Papa Abdoulaye Seck, Directeur général du Centre du riz pour l’Afrique (ADRAO). « En harmonisant nos activités, nous pouvons couvrir l’ensemble du continent, avoir une masse critique, faire face à la plupart des problèmes qui se posent à la riziculture et, en fin de compte, nous pouvons avoir un impact très important. »

Parmi leurs premières propositions se trouve la création d’un Consortium riz en Afrique subsaharienne (SARC), qui va consolider les deux réseaux régionaux riz existants – le Réseau Ouest et Centre Africain du riz (ROCARIZ) et le Réseau riz d’Afrique orientale et centrale (ECARRN). La nouvelle entité combinée couvrira aussi d’autres parties de l’ASS qui ne sont pas membres des réseaux régionaux riz existants.

Les trois centres ont aussi convenu que le SARC serve de plate-forme pour l’action collective entreprise par les trois centres du GCRAI et la collaboration avec les systèmes nationaux de recherche agricole et de vulgarisation (SNRAV). Le Consortium  fournira un front unifié pour promouvoir le riz et la recherche rizicole en Afrique subsaharienne et un conduit commun pour canaliser les technologies et l’information depuis les instituts internationaux de recherche jusqu’aux SNRAV et aux paysans de la région.

Exposant les grandes lignes des objectifs du SARC, ils ont déclaré qu’ils voulaient optimiser le niveau de coordination entre les trois centres et leur interaction avec les SNRAV. Ils espèrent également améliorer l’accès des paysans aux semences et aux technologies améliorées ; et développer une masse critique de chercheurs formés, et renforcer ainsi la capacité de l’Afrique dans le domaine de la recherche rizicole.

D’autres objectifs incluent : l’amélioration du partage de la connaissance et la formation ; l’accroissement des économies d’échelle par la réduction des coûts des transactions dans la recherche rizicole en Afrique et dans le monde ; et une meilleure coordination des activités de recherche-développement du secteur rizicole en Afrique avec des retombées en Asie et en Amérique latine en terme d’utilisation du matériel génétique.

 

About AfricaRice

AfricaRice is a CGIAR Research Center – part of a global research partnership for a food-secure future. It is also an intergovernmental association of African member countries.

Discussion

No comments yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Archives

%d bloggers like this: